Aujourd’hui, nous allons découvrir Forty Beauty, une blogueuse beauté que l’on aime pour sa sincérité, son contenu riche et unique. Let’s go!

↝ Peux-tu te présenter à nos
lecteurs svp?

 

Bonjour, et avant que de me présenter, je voudrais remercier
la Ruche d’Hivency pour cette interview, et tout particulièrement Cécile, qui
est une rédactrice que j’aime beaucoup.

 

Je suis Adeline, et j’ai 41 ans. J’ai une fille de 6 ans (et demi ! c’est très important
pour elle, bien sûr, le « demi ») et nous vivons à Marseille, car
nous devons loger sur le lieu de travail de mon mari. Ma ville de cœur, celle
où je suis née, où j’ai grandi et où je vais me ressourcer le plus souvent
possible, c’est Aix-en-Provence. Je travaille une partie du temps à Aix, et l’autre partie à
Marseille, car je suis prof de Lettres Modernes à AMU, c’est-à-dire
Aix-Marseille Université. J’enseigne beaucoup de choses différentes, mais ma
spécialité, c’est la littérature médiévale. Vous savez ? Comme le papa
d’Indiana Jones, je cite ce dernier : « Le professeur que les
étudiants espèrent ne pas avoir ». Et moi, ce que j’espère, c’est que
j’arrive à les faire changer d’avis et à leur faire aimer ce que je leur
enseigne ! Pour mes loisirs, j’adore visiter les grandes capitales,
faire les musées, aller au cinéma (avec pop-corn !) et surtout,
surtout, j’adore danser, en particulier la danse classique. Malheureusement,
mon emploi du temps est plein d’empêchements… Parce que quand on est prof à l’université, on doit bien sûr
préparer des cours et corriger des copies, mais on doit aussi consacrer du
temps à la recherche. Par exemple, entre cet été et décembre, j’ai eu trois
articles de dictionnaire et un livre à écrire, ce qui fait pas mal de travail
le soir et le week-end. Et en plus, je privilégie beaucoup le temps passé avec
ma fille : je ne veux pas qu’elle ait l’impression, cf. toujours Indiana Jones,
qu’elle a moins d’importance pour sa mère que des types morts il y a plus de
500 ans. J’aime aussi beaucoup voir mes amis et ma famille, qui sont
indispensables à mon moral. Et au milieu de tout ça, je blogue…
↝ Comment est venue l’idée de
créer un blog?

 

J’aimais bien pêcher des informations sur les cosmétiques
dans les magazines féminins. Et je ne comptais plus les achats que j’avais faits
en suivant leurs conseils et qui m’avaient déçue. Au bout d’un moment, j’avais
même le sentiment de me faire arnaquer. Si c’était pour lire de la pub, autant
garder pour moi l’argent que j’aurais mis dans l’achat du magazine… C’était en 2005, et je me suis dit que j’allais créer un blog
pour faire ce que les magazines ne faisaient pas : donner un avis sincère
et complet sur les produits
que j’essayais. Il s’appelait
Dansmasalledebain.com. J’ai rédigé quelques articles, et puis j’ai appris que
des journalistes beauté avaient fait la même chose. Sauf qu’elles, elles
recevaient les produits gratuitement, et en avant-première. Du coup, je me suis
découragée, je me suis dit que personne ne pourrait s’intéresser à ce qu’une
fille lambda pouvait penser ou
écrire. J’ai arrêté. Et puis j’ai entendu parler du blog de Magali Bertin ;
je l’ai suivie, je me suis régalée de voir tant de franchise et de spontanéité.
J’ai suivi ses prescriptions qui, dans l’ensemble, me convenaient. Je suis
allée voir quelques-uns des blogs de sa blogroll, et je me suis dit que c’était
exactement ça que j’aimais lire. De VRAIS avis. J’ai hésité à m’y remettre, et puis j’ai constaté que la
plupart des filles qui écrivaient avaient à peine la trentaine, et souvent
moins. Du coup, j’ai pensé que mon avis de femme de quarante ans avait sa place
et pouvait apporter un plus : je me suis lancée à nouveau. Forty Beauty
est née !

 

↝ Pourquoi ce nom? Ce design?

 

Pour le coup, le nom est transparent : je voulais qu’on
sache que j’allais parler de beauté, mais du point de vue d’une femme de
quarante ans, avec des préoccupations esthétiques particulières et un emploi du
temps de maman qui travaille. Quant au design, je voulais d’abord quelque chose de
clair : une page d’accueil où on peut voir d’un coup d’œil l’ensemble des
nouveaux articles
sur une semaine et y avoir ensuite facilement accès. Les
blogs « fouillis-fouilla », je trouve ça pénible à consulter (je me
force quand le contenu m’intéresse vraiment, mais ça reste casse-pied). Je voulais aussi quelque chose de girly, mais pas niais, de
coloré, mais à peu près sobre, de doux, mais pas fade… Oui, je sais, je suis difficile.
Mais j’ai fini par trouver ça. Les petits fanions me rappellent que prendre du
temps pour bloguer ou lire des blogs, c’est une petite fête qu’on s’autorise
dans le quotidien.

 

↝ Comment gères-tu ton blog?

 

Au début, j’écrivais un article par jour. Et puis plus on
veut s’améliorer, plus bloguer prend du temps pour les photos, la rédaction… Et
le lectorat grandit avec le blog : cela fait plaisir, parce que quand on
blogue, c’est pour échanger. Mais du coup, il faut prendre plus de temps pour
répondre aux commentaires, discuter. Il faut gérer plusieurs réseaux sociaux à
la fois. Du coup, maintenant, je poste deux fois par semaine, et moins
encore sur YouTube, malheureusement. Mais j’essaye de m’y tenir parce que cela
ne fait déjà pas assez pour publier tous les articles et toutes les vidéos que
je souhaite.

 

↝ Combien de temps en moyenne
passes-tu sur la rédaction d’un article?

 

Selon le nombre de photos et la longueur de l’article, il me
faut entre une heure et demie et deux heures, voire plus. Et plus encore s’il y
a de la vidéo. Contrairement à ce qu’on croit, poster sur YouTube est loin
d’être plus rapide que d’écrire !

 

↝ Selon toi, à quoi est dû le
succès de ton blog?

 

Je pense que les lecteurs et les spectateurs qui me suivent apprécient
que je sois sincère sans chercher à être méchante. Je ne suis pas là pour
démonter le travail des marques, mais pour expliquer exactement ce qu’est le
produit pour que, quand on l’achète, on ne soit pas déçu : il y a des
produits qui conviendront à certaines, et pas à d’autres. J’essaye de me mettre
à la place de plusieurs types de personnes pour savoir si elles pourront ou non
l’apprécier, comment elles peuvent l’utiliser malgré ses points faibles. Et si
c’est vraiment un produit pourri, je le dis aussi , surtout quand c’est un
produit pourri et cher, parce que là, ça m’énerve ! J’espère aussi que l’on sent que j’aime les gens, a priori.
C’est mon côté Bisounours…

 

↝ Parlons de ton style,
comment définirais-tu ton style?

 

Je pense que mon style est assez classique, dans l’ensemble.
J’aime l’élégance, et j’aime aussi ce qui met l’accent sur la féminité. Je suis
plutôt une fille à robes, à jupes, ce qui ne signifie pas que
le pantalon ne soit pas féminin, attention ! Mais j’aime bien l’allure
dansante ou sexy
que donne la jupe et ses avatars… Mais attention, tout ça sans me prendre au sérieux,
hein ? Dès qu’on prend la séduction et le style très au sérieux, et à se
prendre au sérieux, on a tendance à sombrer dans le vulgaire.
↝ Quelles sont tes sources
d’inspirations (personnalités, époque, tendance, style?

 

Elles sont multiples, car l’inspiration est infusée par tout
ce que l’on croise et tout ce que l’on aime, ce qui résonne en nous. J’aime autant une femme comme Audrey Hepburn que Vivian
Leigh, Diane Kruger ou Natalie Portman
, pourtant leurs styles, leurs
allures sont différentes, elles représentent aussi des époques différentes.
Mais elles ont en commun la grâce. J’aime beaucoup, bien sûr, toute l’esthétique de la
ballerine, mais aussi le new look des années 50 et sa manière d’exalter la
féminité
 : les femmes-fleurs, et les femmes fatales. Pour le reste, je peux être inspirée par des romans, des
tableaux, comme par des choses très régressives : les mangas, Disney
(d’ailleurs, on a encore refusé de me laisser habiter à Disneyland Paris,
dernièrement…).
↝ Quelle sont tes relations
avec les marques?

 

Je n’ai pour l’instant jamais rencontré de problème avec une
marque. D’abord parce que, comme je l’ai dit, je ne cherche pas à
être méchante, mais à être objective : faire la maline en disant des
vacheries sur un produit, c’est trop facile. Quand je n’aime pas quelque chose,
je le dis sincèrement, et j’étaye mon avis. Une critique constructive, la
plupart des marques l’apprécient ; par exemple, une fois, j’ai critiqué un
produit pour cheveux bouclés que je trouvais inefficace. La marque en a pris
acte et m’a envoyé deux autres produits qui, effectivement, fonctionnaient bien
mieux. Au pire, les marques ont ignoré mon avis négatif. Les marques pour lesquelles j’ai fait des articles de tests
réagissent toujours très bien. De toute façon, je vérifie qu’elles sont
d’accord pour que je donne un avis objectif sur leur produit. Si on me
demandait de mentir, je ne publierais pas l’article.

 

↝ Un conseil à donner aux
personnes qui voudraient se lancer?

 

D’abord, avoir quelque chose à dire. Se mettre à bloguer
simplement parce qu’on se dit qu’on aura des produits gratuits, ça ne marche
pas, ne serait-ce que parce que comme votre blog n’intéressera personne, les
marques ne vous enverront rien. Ensuite, être sincère. Il ne faut pas prendre les lecteurs
pour des imbéciles : si vous n’êtes pas transparent, cela se sentira. Il
ne faut pas oublier que votre blog ne sera lu, parmi des milliers d’autres, que
s’il apporte une plus-value. S’il ne fait que répéter les notices d’utilisation
ou débiter des allégations mensongères, il tombera à l’eau. Il ne faut pas négliger non plus le temps que cela prend. Je
ne compte plus le nombre de blogs que j’ai vu fermer parce que les rédactrices
se sont soudainement rendues compte que, comme pour tout, il faut bosser pour
que ce soit intéressant. Le monde n’attend pas avidement que nous prenions
notre clavier ; il faut savoir intéresser les gens. Et enfin, je dirais aussi qu’il faut apprendre à écrire,
quand même. Ce n’est pas seulement parce que je suis prof de Lettres,
entendons-nous bien : je ne compte plus non plus les remarques acerbes que
j’ai vu passer sur les réseaux sociaux parce qu’une fille qui tient un blog
écrit avec ses pieds et a la syntaxe et l’orthographe d’une gamine de CE2. Si
vous écrivez mal, vous ne faites pas pro, et vous n’êtes pas crédible. Ce qui
est valable dans d’autres domaines l’est aussi dans le blogging.

 

↝ Quelle sera pour vous la
tendance beauté 2017 d’après toi?

 

La couleur reprend du poil de la bête, et je pense que cela
va continuer, comme tout ce qui est gai et régressif. Même les marques de luxe
l’ont compris. Le monde est dur, tout le monde est abîmé et a besoin de douceur
et de joie. Si la beauté n’offre pas un espace ludique et sensuel, à moi la
peur.

 

On veut être jolies avec plaisir et en s’amusant. Les
produits cosmétiques deviennent les jouets des grandes filles.

 

↝ Quels sont tes projets pour
2017?

 

Essayer de freiner un peu pour prendre le temps de profiter
de l’instant et savoir couper pour profiter davantage des moments avec ma
fille sans culpabiliser de ne pas travailler. Me remettre au stretching ou au
yoga, aussi. Arrêter d’avoir l’impression d’être éparpillée.

 

↝ Tu es présente sur les
réseaux sociaux, où peut-on te retrouver?

 

A part Snapchat, à peu près partout, même s’il y a des
réseaux sociaux
que j’apprécie moins (je ne suis pas fan de Tumblr, par
exemple, peut-être parce que je le maîtrise mal).

 

Principalement, je suis sur YouTube, Facebook, Twitter (que j’utilise
beaucoup pour relayer les articles des blopines que j’aime bien), Hellocoton,
Pinterest, Instagram et Bloglovin’.

 

↝ Un dernier mot pour tes
lecteurs ?

 

N’hésitez jamais à me dire de quoi vous auriez envie en
termes d’articles, de conseils. Si j’écris, c’est pour vous, alors demandez ce
que vous voulez ! Et surtout, merci de me suivre, d’être toujours si gentils,
si bienveillants avec moi. D’être là, au quotidien, par vos petits mots qui me
touchent. Vous êtes répartis un peu partout dans le monde, et je sais que vous
êtes présents. C’est formidable alors continuons longtemps à nous
suivre !
Merci Adeline pour tes confidences et ton bonne humeur. Retrouvez Adeline sur son blog http://www.fortybeauty.com/
 

 

·

 

Facebook Comments